Se surconsommer

Salut à tous!

Après avoir parlé de la surconsommation, j’aimerais en parler sous un angle un peu psycho-émotionnel.

S’il y a bien une chose qui m’a marquée dans le livre « l’abus de consommation responsable rend heureux » c’est la notion de surconsommation affective et sociale qui se traduit sur plusieurs pans :
➡️ Se surconsommer c’est-à-dire être hyper exigeante envers soi. Vouloir être parfait tout le temps, être sur tous les fronts tout le temps en prétextant ne pas avoir le choix. C’est vouloir atteindre un idéal inatteignable et loin de ses besoins réels.
➡️ Surconsommer l’autre. Exiger qu’il soit parfait, attendre de lui qu’il fasse un milliard de choses (sans forcément lui demander d’ailleurs, puisque si il ou elle devine ces milliards de choses, cet être sera définitivement parfait 😂. Le fameux : « j’ai pas à lui demander, il devrait savoir »)…
➡️ Se laisser surconsommer par l’autre dans une relation toxique et fatigante par exemple. Ou se laisser envahir par l’exigence des autres.


En bref, c’est, ne jamais appuyer sur le bouton off. Je fais partie (de moins en moins) de ces personnes qui se surconsomment ou surconsomment les autres. Et c’est fatigant! On ne peut pas toujours être au top tous les jours. On peut faire cependant de son mieux. Comme le dit le 4ème accord toltèque : « quelles que soient les circonstances, faites toujours de votre mieux, ni plus, ni moins. Mais rappelez-vous que votre mieux ne sera jamais pareil, même d’une fois à l’autre. (…) Votre mieux sera parfois à un haut niveau et d’autres fois à un moins bon niveau ».


En conclusion nous ne sommes pas des Superman, ni entourés de personnes parfaites. Alors faisons de notre mieux selon nos capacités du moment. Et si il faut appuyer sur le bouton off, n’hésitons pas un seul instant. 😘

PEACE !